Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le handicap en région Bretagne

Surf et handicap en pays bigouden

22 Avril 2016, 12:19pm

Publié par Association Barrez la Différence

Handi-glisse. Le projet de trois Bigoudens

Trois étudiants bigoudens en licence Staps à Brest, anciens élèves de la section surf du lycée Laennec, portent un projet de handi-glisse. Ils seront, cet après-midi, à La Torche pour une première séquence d'initiation. Explications avec Erwin Le Thellec.

Qui sont ils ?

Nous sommes trois jeunes du Pays bigouden. On a été scolarisés au lycée Laennec. On est étudiants à Brest, en troisième année de licence Staps mention Activité physique adaptée et santé (APA-S). Le but de cette filière c'est de voir ce que l'on peut adapter de la logique interne du sport en fonction du handicap. C'est une licence qui débouche notamment sur les métiers d'éducateurs d'Activité Physique Adaptée (APA).

En quoi consiste ce projet de handi-glisse ?

Cette année, on lance une journée de sensibilisation à la pratique du surf en situation de handicap. On va mêler des lycéens de la section sportive surf de Pont-l'Abbé, section dans laquelle on était auparavant, avec des personnes en situation de déficience motrice qui sont membres de l'association Vague d'espoir située dans le Morbihan. Ce sont des personnes qui sont déjà autonomes dans la pratique. On va mêler ces deux publics : mettre les lycéens en situation de handicap et après, on va essayer de porter une réflexion globale. Comment assurer la sécurité d'un public spécifique ? Comment adapter certaines planches en fonction du handicap rencontré ? On va essayer de porter cette réflexion, ensuite, si cela est possible, notre projet serait de porter une journée d'initiation à destination de personnes en situation de handicap. Le projet serait de proposer, tous les ans, des journées pour, en gros, lancer le handi-surf.

Comment est né ce projet ?

On vient tous les trois du surf. Kevin est juge à la Fédération française de surf. Il a aussi participé aux championnats de France cette année. Il a vu le développement du handi-surf. Pour la première fois cette année, il y a eu une épreuve de handi-surf en France. Dans le cadre de nos études, l'université nous encourage à lancer des projets professionnels et à proposer des initiatives en lien avec le handicap. Dans le Finistère, aucune association ne s'occupe de cette problématique. On aimerait bien pérenniser l'action, lancer une association. Ce qui n'est pas arrêté c'est de savoir si on va créer une association ou au contraire s'affilier à une association existante pour créer une antenne. On est encore en train de voir cela.

L'objectif est finalement d'ouvrir à tous les publics la pratique du surf.

De l'ouvrir à des personnes qui de part leur handicap se disent que c'est un sport qui leur est impossible. L'idée c'est, au contraire, de dire que ce sport, s'il est bien encadré, si c'est bien organisé, peut être ouvert à tous.

Dans un premier temps, vous vous limitez au handicap moteur.

Pour cette année c'est le choix que nous avons fait pour des raisons pratiques mais l'idée ce serait de proposer des journées pour les personnes en situation de déficience motrice, en situation de déficience intellectuelle. Essayer au fur à mesure de toucher un public de plus en plus large. Cette année c'est d'abord une sensibilisation.

Quelles sont les contraintes par rapport au surf classique ?

En fait cela va varier en fonction du handicap. C'est tellement vaste, il va falloir poser une réflexion pour chaque personne, en évaluant sa mobilité, concevoir avec elle une planche adaptée, c'est quasiment du cas par cas.

Cette découverte de la glisse, comment l'organisez-vous ?

L'objectif, effectivement, c'est d'abord de découvrir les sensations de glisse. On sera une dizaine de personnes pour accompagner les lycéens et membres de l'association. Cela se passe sur des planches type stand up paddle. On va allonger la personne sur la planche, la faire ramer, découvrir comment bien ramer, poser ses appuis. On est en général à trois pour une personne. Une personne qui l'accompagne en début de trajet, une personne au milieu au cas où elle chute et une autre sur la fin du parcours.

Ce projet pourrait-il in fine aboutir à l'ouverture d'une section handi-surf ?
On espère. On espère, si les moyens le permettent. La réflexion est en cours.

Contact

handiglissebzh@gmail.com

Commenter cet article