Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le handicap en région Bretagne

Rennes : aveugle, elle suit une formation de maître crêpier

14 Décembre 2016, 16:24pm

Publié par Association Barrez la Différence

Rennes : aveugle, elle suit une formation de maître crêpier

Marie-Hélène Dougnac en avait envie depuis longtemps. Apprendre à faire des crêpes pour sa fille et ses trois garçons qu'elle élève seule. Aveugle depuis plus de 16 ans, cette habitante de l'île de Noirmoutier, suit cette semaine à Rennes une formation de maître crêpier, adaptée à son handicap.

Le geste est encore fébrile mais se précise au fil des heures. Le maniement du rozel pour étaler la pâte demande à être plus affirmé dans l'espoir d'une crêpe plus régulière, mais la volonté et l'envie sont là. Une détermination sans faille au deuxième jour d'apprentissage qui permet à Marie-Hélène de s'intégrer facilement dans cette formation de maître crêpier à l'EMC2 à Rennes.

Observée de très près par Bertrand Denis, elle ajuste ses gestes suivant les conseils de ce coach personnel qui a adapté son enseignement au handicap de son élève.

Et l'élève est appliquée. Elle fait appel à tous ses autres sens pour guider sa main et juger de la cuisson de la galette ou de la crêpe. "C'est comme quand je cuisine à la maison, l'odeur et la chaleur sont mes repères, mes guides", explique-t-elle.

L'occasion de créer une formation adaptée

Marie-Hélène Dougnac, âgée de 46 ans, est devenue aveugle à l’âge de 30 ans à la suite d’une maladie génétique de la rétine. En pré-retraite à cause de son état de santé, elle relève le défi quotidien d'élever seule ses quatre enfants chez elle sur l'île de Noirmoutier.

C'est après avoir fait de multiples recherches en Bretagne que Marie-Hélène est tombé "par hasard" sur Bertrand Denis de l'école des Maîtres Crêpier de Rennes. Ce dernier réfléchissait justement à l'idée de mettre sur pied une formation de crêpier adaptée aux personnes avec un handicap. Chaque année l'école forme près de 500 stagiaires qui travailleront ensuite dans la restauration en tant que salarié ou qui créeront leur entreprise.

Cette semaine est l'occasion pour l'école et sa stagiaire aveugle de tester des méthodes d'apprentissages spécifiques, et de développer "une version bêta en quelque sorte" comme le dit Marie-Hélène.

A l'issue de ses quatre jours de formation, Marie-Hélène espère être autonome avec un billig. Et comme elle s'amuse à le préciser, c'est certain : 

Ce Noël, à la maison, on n'aura pas de bûche mais des crêpes.

Commenter cet article