Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le handicap en région Bretagne

Solidarité handicap et voile accessible: saison 2 du projet Soliverne

24 Novembre 2016, 08:48am

Publié par Association Barrez la Différence

Donner à tous la chance de naviguer au-delà du handicap. C’est le beau projet du « Soliverne ». Après une année de pause, l’association repart de l’avant et lance une campagne d’adhésion.

Ils le concèdent, le beau projet de voilier « accessible à tous » a marqué le pas l’année dernière. Mais promis, il entre dans une deuxième phase : « C’est une ’’saison 2’’ qui démarre cette année », assure Pascal Caro, président des Amis du Soliverne.

Pour mémoire, l’aventure a commencé en 2012. Le lycée des métiers Jules-Verne était alors à la recherche d’un projet qui permettrait de développer et de mettre en valeur les compétences de ses différentes filières, mais aussi d’emmener les élèves dans une dynamique positive et solidaire.

La rencontre avec l’association Vent d’Ouest avait été le déclic. Ses membres organisent des séjours nautiques adaptés au handicap, mais trouver une embarcation adaptée aux personnes à mobilité réduite relève du défi.

De cette rencontre naît le projet, celui d’utiliser le savoir-faire du lycée pour concevoir et réaliser un bateau d’un genre nouveau. Un élève le nommera Soliverne, pour « solidarité » et « Jules Verne ». Une pluie de récompenses accompagnera les différentes étapes, jusqu’à un trophée remis par la ministre de l’éducation.

90 000 € pour la coque

En 2015, le projet a pourtant buté sur deux obstacles. Première difficulté : le départ de Pascal Caro, jusqu’ici proviseur de l’établissement. Hervé Touron, qui a pris la relève, a eu « besoin d’un peu de temps pour prendre ses marques, et pour s’approprier le projet ».

Deuxième écueil, et certainement le plus épineux : le coût de la coque. Chiffrée à 90 000 €, elle ne peut être réalisée par les lycéens. « Il y en a pour au moins 800 heures de travail pour un ouvrier très qualifié… c’est mission impossible pour les élèves. »

Mardi, en assemblée générale, l’association a donc décidé de prendre le taureau par les cornes en organisant « une grande campagne d’adhésion et de soutiens ».

Première étape, obtenir la défiscalisation des dons et ensuite faire le plus de bruit possible. « 90 000 €, ça peut paraître énorme, mais avec les réseaux sociaux, si mille personnes donnent quelque chose, ça peut aller très vite », assure Pascal Caro.

Soliverne pourra aussi compter sur un nouveau partenaire, le lycée Freyssinet, à Saint-Brieuc, qu’a rejoint Pascal Caro. Et sur le renfort de deux étudiantes en BTS assistant de manager, du lycée Rabelais, toujours à Saint-Brieuc, qui consacrent leur stage à ce projet. Elles comptent commencer à démarcher de nombreuses entreprises très prochainement.

« L’idée, c’est vraiment de faire marcher le réseau, insiste Pascal Caro. Il faut diffuser l’information le plus possible, notamment auprès des personnes en situation de handicap et dans le milieu maritime. »

Voilà pour l’ordre de bataille. « Il faut convaincre tous vos réseaux d’adhérer. » Et que vogue le Soliverne.

Commenter cet article