Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le handicap en région Bretagne

Saint-Maudan. Le handicap de Stéphanie rythme la vie de famille

30 Novembre 2016, 10:25am

Publié par Association Barrez la Différence

Stéphanie Glais a 38 ans. Infirme moteur cérébral, à la suite d’une anomalie du cordon ombilical lors de l’accouchement, elle vit, aujourd’hui, au foyer Courtil-de-l’Ic, à Pordic.

Stéphanie attend avec impatience les week-ends de sortie pour rentrer chez ses parents, Cécile et Daniel. L’éloignement, la séparation, Stéphanie connaît. Du jour de sa naissance, elle a dû partir en urgence en pédiatrie.Une grossesse ordinaire pour Cécile, avec néanmoins un bassin un peu limite : « Notre médecin de famille nous avait préconisé une césarienne, et moi aussi, d’ailleurs, j’en voulais une, mais le gynécologue a opté pour un accouchement par voie basse. Lors de celui-ci, le cordon est sorti avant le bébé, une procidence nous a-t-on dit. Stéphanie est restée entre la vie et la mort pendant dix-sept jours. Puis les médecins nous ont annoncé que les séquelles avaient entraîné une infirmité motrice cérébrale. »

Aujourd’hui, Stéphanie est en fauteuil roulant et elle communique par synthèse vocale.

Un éloignement à contrecœur

Depuis lors, la vie de la famille bascule et tourne autour du handicap. Quel est le devenir de Stéphanie ? Prise en charge dès le premier mois à Kerpape (56), au centre de rééducation et de réadaptation fonctionnelle. Stéphanie y restera quinze ans en regagnant son domicile tous les week-ends. Ensuite, elle prend la direction de l’institut d’éducation motrice à Dirinon (29), jusqu’à ses 20 ans.

Adulte, Stéphanie intègre le foyer Jean-Couloigner, à Ploudaniel (29), avant de trouver une place au foyer d’accueil médicalisé le Courtil-de-l’Ic, à Pordic : « Elle s’est rapprochée mais nous sommes soumis au règlement, elle ne rentre que toutes les trois semaines, alors nous allons la voir. Grâce au mobitub (service de transport briochin), elle peut rendre visite à ses sœurs qui ont aménagé leur maison pour la recevoir. »

Une adaptation constante

Après avoir vécu trente-cinq ans à Saint-Maudan, la famille s’est, depuis peu, installée à Crédin. Ils y habitent une construction neuve de plain-pied adaptée au handicap de leur fille.

L’aménagement lui permet d’évoluer en fauteuil, sans obstacle autant à l’intérieur qu’à l’extérieur : portes coulissantes, grandes baies vitrées, salle de bains aménagée.

Tout se doit d’être aménagé et adapté : le véhicule, l’aide au repas, le lit médicalisé, le siège de douche, de toilette.« Les forces de Stéphanie diminue peu à peu, les aides mécaniques ne sont plus suffisantes le Neater Eater (matériel d’aide au repas) devrait être électrique, tout comme l’ouverture des portes, elle devrait être automatique mais les aides financières sont faibles », précise Daniel.

Commenter cet article