Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le handicap en région Bretagne

Pas de places adaptées pour 35 enfants handicapés à Brest à la rentrée?

30 Juin 2016, 06:52am

Publié par Association Barrez la Différence

Pas de places adaptées pour 35 enfants handicapés à Brest à la rentrée?

Handicap. Des enfants laissés sans solution

Faute de places dans les structures adaptées, des enfants handicapés vont se retrouver sans solution à la rentrée prochaine, avec un risque de régresser et de gros problèmes d'organisation pour les parents.

La situation est dénoncée par les parents dont les enfants sont suivis au CAMSP (centre d'action médico-sociale précoce), géré à Brest par les Papillons Blancs.

Le CAMSP prend en charge les enfants de la naissance jusqu'à l'âge de 6 ans, avec des médecins et paramédicaux qui organisent des séances d'orthophonie, de psychomotricité, de kiné...

La capacité du CAMSP est de 80 places, mais il arrive à partager son activité entre 120 enfants actuellement. La MDPH (Maison du handicap) décide, avant les 6 ans de l'enfant, d'une orientation en fonction de ses besoins.
Problème : faute de places en institut médico-éducatif (IME) ou en service d'éducation spéciale et de soins à domicile (Sessad), cinq enfants sortant du CAMSP vont se retrouver sans solution à la rentrée, si ce n'est un maintien dans une classe de maternelle qui n'est pas adaptée à leur handicap, et seulement si un auxiliaire de vie scolaire est attribué.

Trente-cinq enfants concernés en 2017

« Dans le Finistère, il manque 450 places en foyers de vie, financés par le Département.

Des jeunes sont maintenus en IME après 20 ans, faute de places en foyer, et des travailleurs restent en Esat après 55 ans, faute de places en établissements pour personnes handicapées vieillissantes.

L'espérance de vie a augmenté et fait croître les besoins », argumente Jacques Philippe, président des Papillons Blancs.

« La situation va s'aggraver à la rentrée 2017 : 35 enfants sont identifiés sortants et on sait qu'ils n'auront pas de place en IME ou en Sessad », déplore Marion Watras, coprésidente du conseil de vie sociale du CAMSP. Les parents ont saisi le défenseur des droits du Finistère et écrit à la ministre Marisol Touraine. Le financeur du CAMSP étant l'État, via l'Agence régionale de santé, les parents ont demandé le maintien exceptionnel de certains enfants après 6 ans au CAMSP, comme cela se fait en IME pour qu'ils ne soient pas abandonnés.

L'idée d'une classe spécialisée

La création d'une classe à Brest, regroupant les enfants sortant du CAMSP et en attente d'une place en IME, est une autre solution avancée par les parents, qui évoquent aussi la création d'une petite unité d'accueil pour les 4-8 ans, une structure tampon non pérenne dans l'attente d'une amélioration de la situation.

Commenter cet article