Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le handicap en région Bretagne

BREST: Escrime gratuite pour les femmes souffrant d'un cancer du sein

27 Juin 2016, 12:54pm

Publié par Association Barrez la Différence

L'escrime pour combattre le cancer du sein

Une séance découverte est proposée mercredi 30 juin: escrime adaptée de 11 h à 12 h 30, au centre sportif Jean-Guéguéniat.

L'initiative

« C'est la plus belle salle d'armes de Bretagne ! » présente fièrement Maudez Robinet, 33 ans, maître d'armes. Voici le club d'escrime brestois, la Rapière, basé au gymnase Jean-Guéguéniat. Une grande salle lumineuse et boisée. Elle accueille des escrimeurs, valides et handicapés. Et bientôt, en septembre, un nouveau public : des femmes opérées d'un cancer du sein.
En Bretagne, depuis deux ans, le sport santé est activement développé par les collectivités. À Brest, pour les malades de cancer, il existe déjà des cours d'aquagym, de tir à l'arc, de kayak, de marche nordique et de nage avec palme. D'autres projets sont en cours. « La candidature de la fédération française a été retenue. »

Pour ce sport de combat, tout a commencé en Midi-Pyrénées sous la houlette de la docteure Dominique Hornus-Dragne. Anesthésiste en chirurgie oncogynécologique, elle est aussi escrimeuse ! La docteure était préoccupée des suites difficiles de la chirurgie pour les femmes avec des pertes musculaires et d'amplitude du bras enraidis par les cicatrices.

Résultats ? Les patientes se sont passionnées pour un sport inconnu d'elles. Elles se sont senties dynamisées, pourtant elles étaient en cours de chimiothérapie. Les bienfaits obtenus ? « Amélioration de la mobilité de l'épaule, de la souplesse, et remusculation. Les mouvements réflexes sont récupérés. »

Mieux dans son corps et dans sa tête

L'initiative a si bien fait ses preuves qu'il y a désormais des maîtres d'armes spécifiquement formés dans seize régions françaises. À l'image de Maudez Robinet qui a suivi quatre jours de formation. Originaire de Dinard, il pratique l'escrime depuis l'âge de 5 ans. Il est passé maître d'armes depuis une dizaine d'années, c'est-à-dire éducateur sportif diplômé d'État. Il est arrivé au club brestois il y a trois dans comme salarié pour remplacer le maître Le Moine, bientôt en retraite.

Des séances adaptées et dédiées (sans touche)

« Ces femmes bénéficieront d'une séance hebdomadaire spécifiquement dédiée, le jeudi en fin de matinée, précise-t-il. Et le sport sera adapté à leur pathologie spécifique avec un programme précis et une leçon sans touche. » Pas d'épée ni de fleuret mais du sabre, car il est léger et facile à manier.

Et son apprentissage est rapide et ludique. La tenue d'escrime couvre tout le corps, ce qui donne un sentiment de protection aux femmes. « L'intérêt de ce sport de combat sans contact direct, c'est aussi de motiver l'envie de se battre et de gagner. »

L'objectif est aussi de leur permettre de découvrir une activité ludique, de se changer les idées, de sortir du milieu médical, et de rencontrer d'autres personnes dans un climat de confiance. « Se sentir mieux dans sa tête et dans son corps. » Et revaloriser leur image d'elles-mêmes.

La partie rééduquée est celle qui a été opérée, quelle que soit la latéralité habituelle de la personne.

Cette activité est notamment soutenue par Sandrine Guilbert, gynécologue obstétricienne au CHU. Elle sera gratuite pour les patientes. Le nombre sera limité à dix personnes la première année.

Commenter cet article