Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le handicap en région Bretagne

Une finistérienne a besoin d'aide pour sa fille polyhandicapée

14 Avril 2016, 16:36pm

Publié par Association Barrez la Différence

Épuisée par le manque de compréhension de l'administration, Tiphaine Perdoux lance une pétition et se bat pour obtenir une mutation exceptionnelle qui lui permette de vivre en Bretagne près de sa fille polyhandicapée.

Professeur des écoles dans les Hauts-de-Seine, Tiphaine Perdoux a accouché d'un enfant polyhandicapé. Originaire de Clohars, elle se bat pour obtenir une mutation exceptionnelle qui lui permette de vivre près de sa fille et entourée de sa famille. L'administration restant sourde à ses demandes, elle a lancé une pétition de soutien en ligne qui a enregistré plus de 2.000 signatures en une semaine.

La pétition que Tiphaine Perdoux a mise en ligne sur le site change.org permettra-t-elle de faire avancer sa cause ? « En une semaine, j'ai reçu plus de 2.000 signatures de soutien », témoigne la jeune femme qui s'est décidée à médiatiser ses problèmes à l'approche de la fin d'année scolaire et « faute d'autres solutions ».

Atteinte du syndrome de Vacter

Au moment de la naissance de l'enfant, Tiphaine et son conjoint, tous deux originaires de Clohars-Carnoët, sont professeurs des écoles en région parisienne et sont installés à Ermont, dans le Val-d'Oise. « Éloignés de la famille et des amis, on s'est vite retrouvés seuls au monde à devoir gérer les soucis de santé de notre fille », témoigne Mickaël Michel. Un quotidien compliqué, on s'en doute, d'autant que le couple a également un autre enfant en bas âge, âgé aujourd'hui de 2 ans et demi. Les enseignants décident donc de demander auprès de l'Éducation nationale une mutation en Bretagne de façon à pouvoir bénéficier du soutien de leurs proches.

Son conjoint a obtenu une mutation

« Mickaël, qui travaillait dans le Val d'Oise, a pu bénéficier d'une bonification pour cause de priorité médicale et a obtenu à la rentrée dernière un poste dans le Morbihan ». L'affaire se révèle plus compliquée pour Tiphaine Perdoux, en poste dans les Hauts-de-Seine et qui ne bénéficie pas du statut de titulaire mais seulement de celui de professeur stagiaire octroyé aux enseignants lors de leurs premières années de cours. « J'ai obtenu mon concours en 2013 mais, du fait d'une grossesse à risque, j'ai été arrêtée rapidement avant d'être titularisée officiellement ». Une situation qui amène l'administration à opposer un refus à sa demande de mutation.

Choisir entre sa fille et son travail

« La seule solution qu'on me propose, c'est de travailler deux ans loin de mes filles et de mon conjoint afin de pouvoir ensuite être mutée à mon tour ». Difficilement imaginable pour la jeune maman qui n'envisage pas pouvoir vivre à 600 km de ses enfants et laisser seul son mari, qui réside désormais à Moëlan, s'occuper du quotidien. « Je pourrais démissionner mais j'aime mon métier, je ne me vois pas faire autre chose même si je suis prête à redémarrer en tant que stagiaire débutante en Bretagne », s'indigne Tiphaine Perdoux. Actuellement en arrêt maladie, elle a multiplié, en vain, les courriers vers le ministère de l'Éducation nationale et les demandes d'arbitrage auprès du rectorat de Versailles.

Une solution en vue ?

"En deux ans, je n'ai jamais rencontré les mêmes médiateurs et j'ai seulement eu une réponse écrite du ministère ». Qui va toujours dans le même sens, celle d'une application au pied de la lettre des règlements. La pétition va peut-être faire bouger les lignes puisque Tiphaine Perdoux, avec le soutien d'un syndicat, pourrait obtenir en urgence une confrontation avec le directeur académique de Versailles en présence d'un représentant du personnel. Peut-être un début de solution pour la famille qui avoue « être épuisée par le manque de compréhension de l'administration ».

Commenter cet article

Fabienne 16/04/2016 09:19

Et l'humain là dedans!!!!!!! Elle ne demande pourtant pas grand chose: être près de sa fille handicapée tout en continuant à travailler, mais quel courage. On pourrait quand faire faire du cas par cas et écouter son histoire. ne baisser pas les bras Thyphaine .

nally chantal 15/04/2016 23:21

suis ok avec vous et vous soutiens ,et je souhaite signer votre petition.... courage nally chantal

nally chantal 15/04/2016 23:17

SUIS ok avec vous je vous soutiens dans votre action et souhaite signer la petition courage, nally chantal

joseph 15/04/2016 20:50

Bon courage a la famille

roignant francette 15/04/2016 18:57

bon courage