Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le handicap en région Bretagne

Equithérapie à Paimpol (22): Le pied à l'étrier pour soigner

30 Avril 2016, 12:00pm

Publié par Association Barrez la Différence

Equithérapie à Paimpol (22): Le pied à l'étrier pour soigner

De futures infirmières souhaitant s'imprégner d'autres techniques de soins, c'est le projet menée par huit d'entre elles, autour de l'équithérapie. Rencontre autour d'une crinière.

Béatrice, Marhyna, les deux Laurence, Amandine, Ana, Sandrine et Lawry sont huit jeunes femmes inscrites à l'Institut de soins infirmiers (Ifsi) de Lannion. Venues de Rospez, Bégard, Perros-Guirec ou de Saint-Brieuc, elles ont à coeur, en terminant leur cursus d'aller se confronter à d'autres techniques de soins, loin des seringues, des médicaments et de la médecine allopathique.

Une professionnelle à Kerfot

« Dans nos cours, on a reçu une formation au toucher, qui est un soin en soi. Et dans le cadre d'un projet optionnel, nous avons fait le choix d'une rencontre de soin, menée avec un cheval et des équithérapeutes ». Les huit futures professionnelles passent donc toute leur semaine sur ce thème. Jeudi, elles étaient au centre de rééducation de Kerpape, à Ploemeur (56), qui dispose d'une unité spécialisée. En début de semaine, elles étaient dans le canton de Paimpol. Mardi, elles ont rencontré Gwenola, de la Fédération française d'équitation, au centre du Coat, à Plourivo, et lundi, elles ont fait la connaissance de Maud Lagrange, jeune femme de Kerfot, équithérapeute installée à son compte depuis le mois d'octobre, et qui loue les poneys du centre équestre des Menhirs d'Yvias pour ses séances. La rencontre s'est faite dans les prés du centre, directement au contact.

En symbiose !

À 24 ans, Maud Lagrange est titulaire d'une licence Staps, option sport adapté, et pratique l'équitation depuis son plus jeune âge. Après avoir voulu être elle aussi infirmière, elle s'est pourtant vite rendu compte que ce n'était pas sa voie. « En même temps, je cherchais un moyen de concilier ma passion pour les chevaux, sans devenir monitrice pour un club, et mon envie d'une technique de relaxation. Je me suis donc formée à l'équithérapie. On peut répondre à des besoins corporels et psychiques mais on ne fait rien tout seul. On part toujours d'un entretien avec le patient, sa famille, et l'équipe médicale qui l'entoure. Cela dans le cas d'une pathologie, mais on peut aussi faire une séance pour son bien-être personnel ». Lundi, les futures infirmières ont testé la méthode sur elles-mêmes. Pas mal d'appréhension pour certaines, avec juste la peur du cheval et ses réactions potentielles. Petit à petit, le mouvement et la respiration de l'animal ont eu raison des craintes. La détente musculaire de l'une et la respiration douce de l'autre finissent par séquilibrer. « L'expérience de Maud sur le poly-handicap est troublante. Des personnes ont retrouvé des sensations. C'est très riche d'enseignements », ont souligné les élèves en fin d'études.

Pratique

Pour contacter Maud Lagrange, tél. 07.85.53.01.46. Séances individuelles à 45 €; aides possibles dans un processus de soins.

Commenter cet article